Cette formation animée par le Dr. Ludovic Schneider s’adresse aux kinésithérapeutes qui souhaitent perfectionner leurs connaissances dans la lecture des examens d’imagerie et ce, afin de mieux les intégrer dans les choix thérapeutiques.

Nous savons que les résultats d’imageries de l’appareil musculo-squelettique sont très souvent décorrélés des symptômes pour lesquels les patients consultent un professionnel de santé. Qu’il s’agisse de tendons de la coiffe des rotateurs abîmés ou rompus, de ménisques lésés, de disques inter-vertébraux tassés ou de hernie discale, ces signes d’imagerie qui inquiètent très souvent les patientes et les patients doivent être interprétés avec prudence par les kinésithérapeutes en charge de leur rééducation.

Le parcours de Ludovic Schneider, à la fois médecin du sport, échographiste et en interaction permanente avec les kinésithérapeutes, a pour avantage de permettre de faire le lien entre la lecture d’imagerie, l’examen clinique et les programmes de rééducation à mettre en place.

L’épaule, le genou, le rachis cervical et le rachis lombaire sont abordés dans les pathologies les plus fréquemment rencontrées qui vont de la tendinopathie de la coiffe des rotateurs, à la hernie discale en passant par la rupture du LCA, la tendinopathie patellaire ou la SLAP lésion de l’épaule etc.

Les examens de radiographie, IRM, scanner seront détaillés dans leurs indications et dans leurs résultats sur cette formation de deux journées combinant théorie et travaux pratiques autour de cas cliniques.

Objectifs & Programme

  • Déterminer en fonction de la pathologie des patients la meilleure indication d’imagerie
  • Enrichir la lecture du compte-rendu par une lecture personnelle des clichés
  • Confronter les résultats de l’imagerie à l’examen clinique
  • Connaître les limites de chaque examen

1ère journée

9h00 Présentation de la formation                                        

  • Principes et contours de la formation
  • Pourquoi ne pas aborder l’échographie ?

9h30 Radiographies : Théorie

  • Quelles incidences et quels intérêts ?
  • Que permet de voir les radiographies (signes positifs, et négatifs pour interprétation des tissus mous) ?

10h30 Scanner : Théorie

  • Que cherche-t-on sur un scanner ?
  • Arthro-scanner : les structures analysées

11h30 IRM : Théorie

  • Que permet de voir les IRM ?
  • Quels examens sont plus indiqués que l’IRM en fonction des pathologies et de ce qui est recherché

12h30 Le cas particulier des enfants : Théorie

  • Sécurité et règles spécifiques

13h00-14h00 Déjeuner

14h00 Le genou : Théorie & pratique

  • Genou traumatique VS non traumatique (critères d’Ottawa pour la radiographie)
  • Indications des différentes imageries (radiographies, IRM et scanner)
  • Les principales pathologies rencontrées et comment les identifier ?
  • Confrontation à l’examen clinique
  • Cas cliniques

17h30 Fin de la première journée

2ème journée : 

9h00 L’épaule : Théorie & pratique

  • Quand demander une imagerie ? Et laquelle ? Les drapeaux rouges
  • Identification des principales pathologies et images clés (pathologies tendineuses, articulaires, dégénératives et traumatiques du sportif)
  • Confrontation à l’examen clinique
  • Cas cliniques

12H30 Déjeuner

13h30 Rachis cervical : Théorie & pratique

  • Quand demander une imagerie ? Et laquelle ? Les drapeaux rouges
  • Identification des principales pathologies et images clés
  • Confrontation à l’examen clinique
  • Cas cliniques

15h00 Rachis lombaire : Théorie & pratique

  • Quand demander une imagerie ? Et laquelle ? Les drapeaux rouges
  • Identification des principales pathologies et images clés
  • Confrontation à l’examen clinique
  • Cas cliniques

18h00 Fin de la deuxième journée

Avis – CNO n° 2019-03 : Avis du conseil national de l’ordre du 25-26-27 juin 2019 relatif au respect de la dignité de la personne humaine dans le cadre de la formation initiale et continue :

La dignité de la personne humaine doit être respectée en toutes circonstances.

Dans le cadre de la formation continue, les organismes de formation peuvent proposer des enseignements au cours desquels les kinésithérapeutes sont amenés à réaliser ou recevoir des actes susceptibles de porter atteinte à l’intégrité du corps et à l’intimité de l’individu, notamment le toucher pelvien (vaginal ou rectal).

L’organisme de formation doit informer le kinésithérapeute préalablement à son inscription. Lors de la réalisation de ces actes son consentement doit être obtenu.

Le Conseil national de l’Ordre impose aux organismes de formation signataires de la charte déontologique de garantir à leurs stagiaires une alternative à ces pratiques, notamment par l’utilisation d’outils de simulation.

Le formateur :
Ludovic SCHNEIDER

  • Médecin du sport
  • Echographiste ostéo-articulaire
  • Maître de stage des universités

Inscription à la formation Imagerie au TOP













    Ce site est protégé par reCAPTCHA. La politique de confidentialité et les conditions du service Google s'appliquent.